La musique rencontre la physique

 

Voici encore une fois une réflexion sur une soi-disant musique électronique, peut-être aussi nommée acousmatique, une reflexion étant un mélange entre subjectivité et une certaine objectivité.
En suivant la pensée donnée, l´on peut se demander, si la musique électronique possède une subjectivité ou si elle est par elle-même seulement objective éliminant le propre de l´homme. L´auteur veut et doit donner soit une réflexion soit une justification de sa production même devant l´histoire qui lui a offert une possibilité extraordinaire pour réaliser les rêves de son monde musical.
Il faut d´autre part se demander, si l´on doit et peut décrire cette soi-disant musique nouvelle.Il est évident, que l´on a décrit pendant des siècles la musique traditionnelle qui s´est établie, au fils des temps, dans un système connu, apprécié et appris par tout le monde. L´on peut même prétendre, que ce système est devenu quasi un a priori.
L´auteur se demande également, s´ il y a, par nécessité ou par volonté, une rupture entre la musique traditionnelle et la musique électronique. Fait est, que la tradition musicale classique appartient au monde visible, écoutable et compréhensible, c´est le monde fait par des hommes pour des hommes.
La musique électronique fait partie d´ un autre monde qui se situe au-dessous du monde premièrement donné, c´est le « sous-monde ».
Dans celui-ci, il y a en outre, seulement  des mouvements de particules que l´on peut faire écouter. C´est un miracle. Cela sonne complètement d´une autre façon que la sonorité traditionnelle et connue. Pour cette raison, on doit nommer cette nouvelle matérialité  exclusivement physique.
La distinction tradionnelle peut venir en tête, la distinction entre les pensées qui sont humaines, et l´étendue, ce sont les choses quasi données et naturelles. Dans la philosophie traditionnelle, ce sont les deux parts du monde, partant de la philosophie grêcque, jusqu´ à nos jours: Il y a des pensées en relation avec la condition humaine, et des autres qui correspondent à la nature. L´art et la musique traditionnelle sont enracinées, du moins partiellement, dans les pensées humaines. L´on peut appeler cela le spirituel.
Par contre, la musique du « sous-monde »  est fondée dans la pure physicalité qui est exclusivement materielle et sans une sous-entendue spirituelle.
Il faut aussi se demander, si, avec cette physicalité, une œuvre d´art peut se créer ou non. L´esthétique classique exige toujours un créateur spirituel ou divin. Ce monde est créé avec volonté, intention et but. Du point physique monde s´est créé par auto-organisation, cela veut dire par un assemblage d´ éléments primaires sans avoir un but définitif.
Pour en finir, il reste une question : En quoi consistent ces productions électroniques qui se trouvent sur le site de l´ auteur ? C´est un travail effectué par des éléments indéfinis, des instruments analogues et digitaux. Par cette étendue d´ instruments, de logiciels et d´ aménagements personnels, l´on peut entendre surgir un autre esprit.
La musique traditionnelle est faite par et pour l´humanité dans une spiritualité donnée, la musique électronique, par contre,  est faite conformément aux lois éternelles et peut par cela devenir la source d´une nouvelle spiritualité matérialiste liant la nature et l´humain.
Le but central de l´auteur était de surpasser la subjectivité humaine au faveur d´une objectivité spirituelle.